Reportages en Inde

Depuis 2008, je me rends régulièrement en reportage en Inde pour travailler sur les inégalités de genre, la montée de l’extrémisme religieux ou encore les aspirations des classes moyennes. Voici quelques uns de mes sujets publiés dans la presse française et étrangère.

En Haryana, des femmes victimes du trafic d’épouses

Pour Paris Match, Axelle (Belgique) et Maailman Kuvalehti (Finlande), enquête dans l’Haryana, un État rural où perdure un trafic de femmes en vue du mariage. Les avortements sélectifs ont provoqué un déséquilibre démographique et des adolescentes de régions pauvres y sont « importées » pour être vendues à des célibataires. Ce trafic humain plonge les victimes dans un esclavage sexuel, domestique et agricole.

L’échappée belle des motardes de Delhi

Reportage pour Causette sur le premier club de moto indien 100% féminin. Chaque week-end, les Bikerni sillonnent, sur des deux-roues mythiques, les routes du pays. Au-delà des sensations fortes, ces motardes revendiquent leur droit à l’aventure et à l’autonomie. Un défi dans une société patriarcale.

Élections sur fond de violence

En 2019, 900 millions d’Indiens se sont rendus aux urnes pour les élections générales dans un pays où les crimes contre les minorités se multiplient depuis l’arrivée au pouvoir du nationaliste hindou Narendra Modi. Portés par les idéaux de Gandhi, des citoyens sillonnent l’Inde à la rencontre des victimes. Je les ai suivis dans l’État du Bihar pour Le Pèlerin, La Presse (Canada) et Le Courrier (Suisse).

Kota, la fabrique à rêves des classes moyennes

Au Rajasthan, la ville de Kota s’est spécialisée dans le business des prépas aux grandes écoles d’ingénieur et aux facultés de médecines. Durant deux ans, les étudiants sacrifient tout pour intégrer l’élite, au risque d’y laisser leur santé, tant la pression familiale et sociale est grande. J’ai raconté dans la revue XXI le quotidien d’une pension de jeunes filles qui rêvent de conquérir par leurs études un nouveau statut, mais aussi les prémices d’une émancipation.

Le roi des miracles

Sanal Edamaruku, l’un des rationalistes les plus célèbres d’Inde, lutte contre les supercheries des gourous et des fakirs. Dans les villages, il tord des cuillères, marche sur les braises et s’allonge sur des clous pour démystifier les faiseurs. A la télévision, il met les religieux face à leurs contradictions. Je suis parti sur ses traces, en Inde et en Finlande où il a fui la menace des obscurantistes, pour XXI.

Chasseur de gourous, un métier à risques

En Inde, il ne fait pas bon combattre l’obscurantisme et les superstitions. Trois adversaires des extrémistes hindous ont été assassinés ces dernières années. Des meurtres restés impunis malgré le combat de leurs proches pour obtenir justice. Je me suis penchée sur leur histoire pour le « mook » suisse Sept Info.

A l’école des femmes lumière

Dans une école associative du nord de l’Inde, le Barefoot College, des femmes venues du monde entier, souvent analphabètes et sans qualification, apprennent à installer des panneaux solaires. A leur retour, cette compétence clé dans les villages oubliés de l’électrification leur permet d’acquérir un nouveau statut social. Un reportage paru dans Le Parisien Week-end, Femmes Ici et Ailleurs et El Mundo (Espagne).